Le carnet d’entraînement, quoi ? comment ? pourquoi ?

Septembre 2012, je démarre l’apnée en club, le 14 décembre de l’année suivante, je démarre mon premier carnet d’entraînement. Quatre ans et demi plus tard mon carnet d’entraînement est devenu un outil indispensable à ma préparation mentale et sportive. Retour sur l’intérêt d’un tel outil en sport et comment concevoir le sien.

écrire

Le carnet d’entraînement qu’est-ce que c’est ?carnet-texte

En 3 mots, c’est le journal intime du sportif. Il centralise ce que vous avez fait dans votre journée qui est en lien avec votre préparation sportive. Sa forme importe peu, il faut qu’elle vous convienne. Je vais y revenir par la suite, mais pour ma part, j’ai démarré avec le carnet ci-dessus et aujourd’hui je partage un fichier Excel via Dropbox avec mon coach.

Quoi écrire dans mon carnet ?

Alors là, la liste est longue, voici la liste complète de ce que j’ai été amené à noter à un moment donné. En effet, le carnet d’entraînement n’est pas statique, il évolue avec vous, avec vos besoins. Par exemple, j’ai fais des tests sur les effets de mon alimentation sur mon transit, et bien pendant 6 mois j’ai noté tout ce que je mangeais, une fois satisfait du résultat, j’ai arrêté.

Quels éléments noter quotidiennement et pourquoi :

  • L’activité menée : musculation, apnée, tir à l’arc
  • La durée effective de la séance : Désolé, la parlote au vestiaire ne compte pas, vous aurez ainsi une vraie information sur votre temps d’entraînement par semaine.
  • Le contenu de l’entraînement : C’est un point très intéressant pour faire travailler sa mémoire. Souvent des athlètes me demandent de renvoyer la séance de la veille ou de la prendre en photo. C’est un exercice intéressant que de noter, même approximativement la séance juste à l’aide de ses neurones. C’est un exercice qui m’a fait retrouver de la flexibilité du cerveau à une époque où l’on se met un rappel sur son smartphone pour se souvenir d’aller aux toilettes avant d’aller travailler.
  • Le matériel utilisé : Il est intéressant parfois, de noter le matériel employé. Pour certaines activités, nous ne les faisons qu’à certaines périodes de l’année et les réglages matériels méritent d’être notés afin de gagner du temps la prochaine fois.
  • Le ressenti en texte : Si vous ne devez conservez qu’une chose à écrire, c’est celle-ci. Qu’avez vous ressenti lors de cette séance ? Vous-vous sentiez bien ? les sensations ont-elles été bonnes ? Notez le ressenti en face de l’exercice accompli, c’est important pour votre futur (je vais y revenir).
  • Le ressenti en chiffre : Il y a beaucoup d’échelles de quantification de l’effort et ce n’est pas l’objet de cet article. Simplement, prenez une échelle de 1 à 10. 1 correspond à une marche tranquille et 10 à votre état après un 100m face à Usain Bolt. Évaluez votre séance avec cet indicateur. Au début ce n’est pas évident, avec le temps vous apprendrez à mieux connaitre vos capacités.
  • Votre état de forme (chiffre + texte) : De manière générale en posant une note /10, comment vous sentez vous ce matin ? Cela avec un commentaire de quelques mots. Cela peut permettre de corréler des résultats à l’entraînement par la suite.
  • Votre temps de sommeil : Un peu comme le critère précédent, celui-ci vous permettra aussi de corréler des résultats à l’entraînement (bon ou moins bons).
  • Votre fréquence cardiaque au réveil : indicateur de fatigue, il va vous permettre de mieux vous connaitre et de visualiser le niveau de récupération de votre corps. Je ne vous en dit pas plus, il faut tester 🙂 Un oxymètre de doigt est l’outil idéal, il vous permet de faire la mesure en quelques secondes sans bouger du lit.
  • La distance marchée : si vous êtes équipés d’un podomètre, il peut être intéressant de noter cette information, parfois on cherche à analyser certains états de forme et noter que l’on a marché 10 kms dans la journée peut aider à comprendre certaines choses.

Pourquoi faire un carnet d’entraînement ?

Raison numéro 1 : pour vous

C’est un formidable outil de motivation. Vous allez apprendre à vous connaitre, vous allez travailler votre mémoire, vous allez suivre votre progression. Vous allez vous rendre compte de votre investissement et que le travail porte ses fruits. Les jours de coup de blues, relisez les ressentis de séances que vous faisiez il y a 1 an. Vous serez étonné ! Personnellement, il m’est arrivé de relire mon premier carnet d’entraînement papier en entier (1 an de notes), le soir d’une veille de compétition. Cela m’a aidé à dédramatiser certaines choses.

Raison numéro 2 : pour votre coach et donc pour vous 😉coach&athlète

C’est un cas particulier, celui ou vous travaillez avec un coach. On est rarement à temps complet avec celui-ci, et généralement il n’est pas présent à toutes vos séances d’entraînement. Pire encore, vous pouvez uniquement avoir une relation à distance (ce qui est mon cas la plupart du temps) et dans ce cas, le carnet d’entraînement est votre lien avec lui. C’est ici que tout prend son sens, car en tant que coach il est très difficile de se rendre compte de l’état de forme de son athlète. Par conséquent, plus vous aurez d’indicateurs à lui fournir plus vous lui faciliterez le travail.

Conclusion

J’espère vous avoir donné envie de réaliser votre carnet ! En tout cas, je remercie les deux coachs qui sont passés dans ma vie d’athlète, Laurent de Beaucaron et Marc Vieugué avec qui je travaille actuellement qui ont eu un impact fort sur mon carnet 🙂

Pour terminer je vous met une portion de mon carnet quotidien. Pourquoi ne pas vous partager plus ? Car un carnet d’entraînement comme je l’ai dit au début de l’article est un peu un journal intime et qu’il doit vous être personnel. Bonnes séances !

carnet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *