La bulle en compétition

Ce que l’on appelle communément la bulle en compétition est quelque chose d’assez personnel. Malgré tout, j’ai décidé de vous en parler, de mon expérience et comment je la mets en place à chaque compétition d’apnée. J’espère ainsi pouvoir vous inspirer dans vos sports respectifs et susciter des retours.

La bulle, qu’est-ce que c’est ?

La bulle est le bouclier virtuel que chaque athlète met en place pour se préparer à une performance en compétition. C’est un processus pour se préparer à la performance dans lequel on retrouve une forme de rituel. Cela se fait seul ou avec de l’aide mais la bulle créée est individuelle. La bulle est évolutive dans le sens ou l’expérience, les rencontres, les échanges vous feront modifier sa construction.

Au final, je mets dans la bulle l’échauffement du corps mais surtout de l’esprit avant une performance.

Construisons cette bulle !

Je vous liste ici différents éléments que j’utilise ou ai utilisé par le passé pour construire ma bulle.

Se couper certains sens

La société actuelle nous sur stimule sur deux sens en particulier, l’ouïe et la vue. Pour se retrouver en soi, se concentrer sur le ressenti intérieur et créer sa bulle il est important de reprendre le contrôle.

  • Se couper du son ambiant : C’est généralement le premier élément que les athlètes mettent en place avec la musique. Cela nous coupe physiquement du sens auditif que nous avons avec l’environnement extérieur et donc nous ne sommes plus sujets aux perturbation et aux interactions sociales. Cela permet de mieux se focaliser sur soi.
  • Fermer les yeux : Cela calme le mental qui analyse tout ce qu’il voit et aide à la visualisation de la performance à venir. Également une fois les yeux fermés,   on évite de se polluer avec les résultats des autres concurrents et de se stresser pour rien.

La musique

OK, le son de l’environnement extérieur n’a plus d’influence sur nous, mais nous sommes maintenant influencés par la musique écoutée. Attention donc au choix de la musique, car celle-ci va vous influencer par la suite. L’idéal, est d’avoir préparé sa playlist avant la compétition. Je ferais un article spécifique sur les choix musicaux et leur impact.

Lâcher-prise

Ah ce grand mot à la mode, plus facile à dire qu’à faire, n’est-ce pas ? L’idée générale de ce qu’il est souhaitable d’atteindre dans cette phase, est d’arriver à penser à autre chose que l’objectif de la performance. Il faut arriver à faire confiance à son corps dans l’exécution de celle-ci et de cesser de se retourner le cerveau avec les classiques « En suis-je capable ? Vais-je y arriver ? Me suis-je assez entraîné ? ». C’est la partie la plus compliquée dans la préparation à une performance. Votre objectif va être de trouver une activité qui vous correspond, vous maintient dans votre bulle et vous fait penser à autre chose. Évidement, plus cette activité vous est familière, plus elle sera efficace en situation de stress.

Voici une liste non exhaustive de ce qu’il est possible de faire :

  • Le massage : Recevoir un massage aide à « décrocher ».
  • Le Yoga, étirements et assimilés : bon complément ou substitut du massage, faire du bien à son corps et en prendre soin aide à penser à autre chose.
  • La sophrologie : Écouter la voix d’une autre personne qui vous guide dans un déroulement d’actions mentales permet de focaliser son esprit sur cette voix et non pas sur l’objectif.
  • La méditation : Dans le même esprit que la sophrologie, qu’elle soit faite seule ou accompagnée, une méditation permet de se centrer sur soi.
  • La lecture : Votre esprit part dans le monde proposé par le livre et vous éloigne ainsi de la pression ambiante.
  • La sieste : Si vous arrivez à vous endormir, vous aurez réellement lâcher-prise, mais c’est loin d’être facile dans ce genre de situation. La sophrologie peut y aider.

La visualisation

Visualiser intérieurement la performance que vous allez réaliser rassure votre cerveau dans l’accomplissement futur de celle-ci. Si vous répétez cette visualisation suffisamment de fois à l’avance, vous aurez l’impression d’avoir déjà accompli la performance. Ainsi plus rien de vous arrêtera car vous serez convaincu de pouvoir atteindre votre objectif. Bien sûr, il faut que l’objectif soit en adéquation avec vos capacités (je reviendrais sur ce point dans un autre article).

L’échauffement du corps :

  • L’échauffement musculaire ou la préparation de capteurs physiologiques :  Échauffer les muscles évitera de les froisser lors de la performance et de les préparer à exploser (au sens positif du terme  hein 🙂 ). Préparer des capteurs, en apnée cela signifie décaler son envie de respirer par le biais d’apnées préparatoires (je ne rentre pas dans le détail ici).
  • Rassurer l’esprit sur l’état du corps : Cet article étant plutôt orienté sur la partie mentale, c’est ce point qui m’intéresse le plus. Un des objectifs de l’échauffement du corps va être de rassurer le mental sur les capacités présentes du corps. Se sentir bien sur une piste d’athlétisme, sentir l’eau glisser dans une piscine. On peut ici enfin faire confiance à 100% au corps avant la performance.

Le souffle

Une fois que l’on vous a tout pris, il vous reste le souffle. Le souffle est toujours disponible, c’est l’action instinctive mais contrôlable qui vous maintient en vie. C’est L’OUTIL qui sera toujours présent quand vous n’aurez plus rien. Quand vous n’aurez plus de batterie dans votre baladeur MP3, plus de livre, plus de tapis de yoga, plus de coach, il sera encore et toujours là. Il sera encore présent quand vous n’aurez que 10 secondes entre deux tirs de flèches ou deux services de tennis. Le souffle vous permet de vous ancrer dans le moment présent. Il permet de ne penser à rien d’autre qu’à remplir et vider vos poumons. Apprendre à contrôler son souffle, c’est avoir une arme mentale indestructible quelle que soit la situation.

Conclusion « Fear is a choice »

Le but de la bulle est est donc de préparer le corps et l’esprit à la performance, mais surtout l’esprit. C’est lui qui créé la peur de l’échec et la bulle va tout faire pour éviter cela. Nous décidons d’avoir peur.

Pourquoi ? Nous avons peur de l’inconnu.

La bulle a pour but de rassurer le mental et de préparer le corps. Elle averti le corps à ce que nous nous apprêtons à faire, à vivre. Par conséquent, plus cette bulle est réalisée sous forme de rituel, plus le corps et le mental se repèrent et moins nous générons de peur. Je vous invite à séquencer la création de votre bulle sur une feuille, minute par minute. Cela évite de réfléchir, et réfléchir à deux heures d’une performance, c’est ouvrir une porte à la peur en imaginant « un futur ». En effet, ce que l’on souhaite, c’est rester ancrer dans le présent et laisser « faire » le corps.

En cadeau pour la fin

Voici deux vidéos issues du film américain « After Earth ». Je vous invite à regarder ce film en vous intéressant à la notion de peur qui y est abordée et les clefs proposées pour s’en détacher.

Les premières secondes de la vidéo mettent en avant un père qui guide son fils dans la gestion de sa peur. Il l’incite à créer un ancrage avec la Terre et à se mettre à l’écoute de ses sens à l’instant présent. Le but est de calmer le mental de son fils qui imagine une scène future en voyant des corps inanimés.

On retrouve le père du jeune garçon qui lui donne sa définition de la peur. Elle n’est pas réelle et correspond à un choix. C’est une création mentale sur des évènements qui ne se produiront peut être jamais. Ils viennent polluer nos capacités jusqu’à nous rendre hors jeu. Si nous croyons à cette création mentale, nous choisissons d’avoir peur.

Une pensée sur “La bulle en compétition”

  1. Pour ma part je préfère une autre allégorie sur le même thème :
    La première « rencontre » entre Luke et Darth Vader (Dark Vador) sur Dagobah.
    Epreuve ultime de l’enseignement de Yoda : affronter ses peurs mais plus encore croire en ses capacités permet de repartir plus fort, mais le doute ou le pessimisme marqueront l’echec et l’aliénation.

    « Fais-le, ou ne le fais pas, mais il n’y a pas d’essai. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *