BPJEPS plongée subaquatique option sans scaphandre Antibes 2017

Certains d’entre vous le savent d’autres non, je suis en train de faire une reconversion professionnelle dans le monde de l’apnée. Je viens tout juste d’être diplômé du BPJEPS plongée subaquatique option sans scaphandre et je souhaite vous faire partager cette expérience de ces 5 derniers mois.

promotion BPJEPS

Reconversion professionnelle en marche (en palmes plutôt)

Tout a commencé à Antibes le 17 février 2017 ou nous nous sommes retrouvés (les candidats) aux épreuves à l’entrée en formation. Pour moi, cela à commencé bien avant, car il a fallu que j’obtienne 2 diplômes complémentaires qui étaient pré-requis à l’entrée en formation. J’ai donc passé fin 2016 à obtenir mon diplôme de secouriste PSE1 et le diplôme de juge fédéral JFA1. J’avais déjà les autres en main, à savoir MEF1 fédéral et permis bateau côtier.

C’est Antibes qui fut donc le premier CREPS à proposer cette formation, c’est donc là bas que je me suis rendu pour la première fois de ma vie le 17 février.

CREPS prologue : les tests à l’entrée en formation du BPJEPS

Nous sommes 14 à être présents ce vendredi matin pour 16 inscrits. Il y a des têtes connues et moins connues. Étant pratiquant de l’apnée plutôt en piscine en île de France, je connais assez peu le monde de l’apnée profonde de la côte d’azur.

Nous passerons dans la journée l’ensemble des épreuves en mer ainsi qu’un oral devant jury. Le CREPS n’étant pas spécialisé dans l’enseignement de l’apnée, les formateurs se sont entourés d’experts du domaine afin de les suppléer.

Personnellement, j’ai sous estimé les épreuves en mer et cela à failli me coûter ma place… Cette saison je nage beaucoup, en tout cas bien plus qu’avant. Je suis dans l’eau 5 fois par semaine, entre natation, nage avec palmes et apnée. Je n’ai pas répété les épreuves avant…j’aurais du.

1ère épreuve : descente en apnée avec palmes à 15m de profondeur, parcours sous marin de 10m et remontée en surface. Tout le monde valide.

2ème épreuve : parcourir 200m (entre des bouées espacées de 50m), aller chercher un mannequin à 10m de profondeur, le remonter et le remorquer sur 100m. Le tout en moins de 8min. Je mets 7min40, je ne fais pas le fier… certains n’ont déjà pas validé le temps requis.

A ce moment là, je prend la mesure de la 3ème et dernière épreuve : parcourir 800m avec palmes et tuba en moins de 13min. Sur le 200m précédent, j’ai mis 2min à faire 100m, un rapide calcul ne me rassure pas pour la suite. Mon erreur est simple, je suis en combinaison de chasse 7mm dans cette eau à 14/15 degrés et il est très difficile de dérouler une nage correcte dans ces conditions. Je n’arrive même pas à crawler avec les bras. J’ai clairement sous estimé l’épreuve en négligeant le matériel adéquat malgré la prévenance de mon coach.

3ème épreuve : les bouées sont espacées de 200m cette fois ci. Il faudra donc faire 2 aller retours en moins de 13min. Il n’y a pas que moi sur le bateau qui prend la mesure de l’épreuve à venir et un groupe se forme. Nous allons nager en file indienne comme les cyclistes. L’idée est intéressante et motivante. Nous sommes 4 à avoir nagé en groupe toute l’épreuve. Tel que prévu, les relais s’enchaînent et l’idée fonctionne. Finalement je crawl avec ma grosse combinaison, ce n’est pas ce détail qui va m’arrêter maintenant. Le rythme est là et l’énergie du groupe pousse chacun à rester accroché. Nous tapons tous les 4 la bouée des 800m dans les 20 dernières secondes du temps réglementaire. Stéphane et Lucille valident également. Après vérification de l’espacement des bouées, il s’avère qu’il y avait plus que 200m, 2 autres candidats sont donc validés.

Finalement, nous serons 8 à nous présenter à l’oral l’après-midi. L’ambiance sur le bateau est étrange, car sont présents les retenus et les non retenus. Les conditions n‘étaient pas parfaites, mais les sélections sont les sélections voilà tout.

L’après-midi avance et les oraux s’enchaînent. Les 8 qui ont validé le matin le sont également l’après-midi. Ainsi, la promotion BPJEPS plongée subaquatique option sans scaphandre est formée.

CREPS 1ère partie : retour à l’école

creps BPJEPS

La semaine suivante les cours démarrent. Par conséquent, nous sommes tous habitants temporaires d’Antibes, certains logent au CREPS, d’autres sont en appart hôtel, moi j’ai choisi l’auberge de jeunesse. Je suis dans une auberge anglophone qui héberge les membres d’équipage des yachts de luxe d’Antibes. C’est super au niveau rencontres, le jour je parle apnée et le soir je parle anglais.

Le diplôme est découpé en 4 UC (unité de compétences) :

  • UC1 : encadrer tout public dans tout lieu et toute structure
  • UC2 : mettre en œuvre un projet d’animation s’inscrivant dans le projet de la structure
  • UC3 : conduire une séance, un cycle d’animation ou d’apprentissage dans champ de la plongée subaquatique
  • UC4 : Mobiliser les techniques de la mention plongée subaquatique pour mettre en œuvre une séance ou un cycle d’apprentissage dans l’option plongée subaquatique sans scaphandre

Nous serons évalués à l’issue de la formation sur les UC1,2 et 3, la 4 nous étant donnée en équivalence.

L’UC1 et 2 sont évaluées à travers le déroulement d’un projet dans la structure professionnelle où nous faisons notre stage. L’évaluation concerne le dossier de présentation du dit projet et sa soutenance devant jury.

L’UC3 est évaluée à travers le déroulement d’une randonnée subaquatique sous le regard d’un jury.

En fait, cette première semaine de cours au CREPS ne concerne que l’UC1.

Les journées s’enchaînent avec des cours :

  • Sur l’encadrement des publics, jeunes, agés, en situation de handicap
  • Sur le code du sport
  • De gestion de projet et les attentes précises concernant notre stage en entreprise
  • De communication à travers site web et réseaux sociaux

Les intervenants sont soient les formateurs du CREPS soit des intervenants externes. La qualité des interventions varie. Nous arrivons à nous exprimer sur nos attentes pour faire évoluer certaines interventions pendant leur déroulement ce qui est appréciable.

Au bout d’une semaine de cours, nous avons à nouveau une journée d’examen. Ce sont des EPMSP, en résumé le CREPS vérifie que nous avons les compétences pédagogiques et sécuritaires pour partir en stage dans des structures professionnelles.

Cela se déroule en deux temps :

  • Un examen pédagogique dans l’eau avec le jury en tant qu’élève
  • Un oral devant le même jury

C’est essentiellement la composante « sécurité » qui est évaluée lors de ces deux tests.

Tout le monde valide ces derniers tests avant de pouvoir partir en stage.

Chango Diving 1ère partie : initiations / sécurités profondes

chango diving

Tout d’abord, la formation est découpée en deux parties. Une phase à l’université et une phase en entreprise.

Beaucoup d’interrogations ont été soulevées lors d’une soirée débat organisée par le CREPS. Cela concernait l’aptitude des « jeunes BPJEPS apnée » à encadrer de manière professionnelle des clients dans un futur proche. En effet, le CREPS ne délivre pas dans la formation de partie spécifique sur l’apnée (ce sera le cas en 2018 visiblement) . Les étudiants sont considérés aptes, à partir du moment ou ils ont leur MEF1, JFA1 et ont validés les épreuves.

Afin de s’assurer du niveau de compétence de l’étudiant, le CREPS certifie en amont la structure au sein de laquelle nous souhaitons effectuer notre stage. L’objectif est de vérifier que nous pourrons acquérir au sein de l’entreprise les compétences qui peuvent manquer à certains d’entre nous en début de formation.

Me concernant, j’ai choisi de candidater auprès de Chango Diving dirigé par Marick le Hérissé à Villefranche-sur-mer. J’ai rencontré Marick grâce à une introduction de Stéphane Tourreau au salon de la plongée. Le feeling est bien passé et nous avons tapé dans la main.

Mon choix était double :

  • La réputation de Marick me laissait sous entendre que nous allions bien nous entendre
  • La population qui fréquente son club en fait aujourd’hui une ses seules structures en France ou l’on peut plonger profond avec les infrastructures adéquates

Le CREPS nous a laissé une belle flexibilité sur l’organisation du stage de ce BPJEPS (entre le 28 février et le 22 Juin). D’autant plus qu’Ils savent très bien que certains d’entre nous travaillent encore et que certaines des structures qui nous accueillent ne sont pas ouvertes constamment hors saison. Nous devons placer au minimum 3 semaines de stage dans la période proposée, nous pouvons faire plus si besoin.

J’ai choisi de passer un mois et demi chez Marick. C’est le maximum que je pouvais faire en cumulant avec mon entraînement pour les championnats de France. J’ai découpé ce mois et demi en deux, d’abord 10 jours en avril puis 1 mois de fin mai à fin juin.

Je découvre ainsi un nouveau cadre de travail en compagnie de Thomas Brossard qui fait la saison avec Marick cette année.

Marick m’enseigne au fil de l’eau les règles de fonctionnement de la structure et me responsabilise rapidement pour me tester. Je démarre avec des débutants et une formation AIDA 2 en anglais supervisée par mon tuteur, le ton est donné! J’aime le challenge et sortir de ma zone de confort, du coup tout va bien.

Il y a aussi une partie du travail qui gravite autour de la sécurité des plongées profondes. Ne sont pas rares les athlètes qui viennent s’entraîner chez Marick et qui frisent avec les 70/80m. J’ai pu assurer des sécurités en binomage avec mon tuteur sur ce type de plongées, expériences très enrichissantes. De plus, j’apprécie ce moment avant la plongée de l’athlète ou un échange intime se fait avec les apnéistes de sécurité. C’est bref mais indispensable et les éléments clés de la plongée à venir sont échangés. Cela responsabilise et mobilise pour la plongée à venir.

En tant qu’apnéiste plutôt de piscine, j’apprends énormément avec mes deux supers tuteurs : Marick et Thomas !

CREPS 2ème partie : rando palmée

locaux creps

Fin avril se déroule la deuxième session de cours. Nous passons 3 jours à parler randonnée subaquatique. L’intervenant (Eric Jourdan) est très pertinent et nous amène méthodologie, connaissance du milieu marin et pédagogie d’approche sur une pratique clairement sous exploitée en France.

Par ailleurs, il nous enseigne comment intéresser un public avec de la posidonie, un concombre de mer, une étoile de mer et un oursin, c’est juste génial !

Le sujet qui fâche est abordé sans complexe : toucher / pas toucher. Il y a des débats qui sont très intéressants, certains pour, d’autres contre. En tout cas, la méthodologie enseignée donne réflexion et apporte un gain pédagogique fort.

Chango Diving 2ème partie : ASANUTT / Stéphane Tourreau / examen

asanutt

Retour à Nice pour 1 mois de stage cette fois-ci. Marick continue à me responsabiliser et je commence à piloter la flotte de navires Chango.

Par ailleurs, le gros point de cette période est l’organisation et le déroulement du projet de stage que j’ai à dérouler dans le cadre de ce BPJEPS. J’ai choisi de monter un stage « lâcher-prise en apnée » pour les anciens de mon école d’ingénieur l’UTT.

Également, j’ai eu à planifier une partie de l’examen du BPJEPS : Organiser une randonnée subaquatique avec de vrais clients tout en ayant le jury du CREPS et mon tuteur en observation. La mission s’est déroulée presque sans accrocs (ma jambe et mon coude droit s’en souviendront, j’ai réussi à chuter dans le port en glissant entre le bateau et le quai de débarquement).

J’ai pu assister Stéphane Tourreau dans un stage qu’il donnait à Chango Diving, un vrai plaisir. De plus, Stéphane et moi sommes très connectés sur notre approche du monde, du mental dans le sport et de la conception de la vie en général. Ma participation à ce stage fut une vraie bouffée d’oxygène.

Enfin, il restait 3 jours de formation à assurer au CREPS de Antibes.

Nous avons pu avoir :

  • une intervention de qualité sur les statut possibles du futur BPJEPS (salarié, non–salarié, entrepreneur).
  • un cours de biologie vulgarisée pour nous autres apnéistes.

Le reste du temps ayant été occupé par la préparation et l’exécution de la soutenance de notre projet.

Conclusion sur ce BPJEPS

Pour finir, je suis fier d’avoir fait partie de cette première promotion. Je parle de Lucille, Stéphane, Pascal, les deux Philippe, Cédric, Olivier et de tous les autres BPJEPS plongée subaquatique option avec scaphandre avec qui nous avons partagé une partie de la formation! Également, merci aux formateurs du CREPS qui ont travaillé dur pour que cette 1ère formation aie lieu 😉 et merci à Marick de m’avoir fait confiance pour ce stage, nous en ressortons tous les deux grandis et notre coopération ne va pas s’arrêter là 😉

11 réponses sur “BPJEPS plongée subaquatique option sans scaphandre Antibes 2017”

  1. Bonjour
    suis chef d entreprise et envie de créer un centre de randonnée subaquatique ,
    donc j aimerai passer un PB dans ce domaine
    suis plongeur bouteille niveau 3 mais la rando PMT est une passion et j aimerai me reconvertir et vivre de cette passion,
    merci pour toutes les infos que tu pourras m apporter
    bien cordialement
    David

      1. Salut Romain,
        je viens d avoir le creps d antibes, forcément trés compliquée comme formation 600H de formation pour un coût non négligeable de 8000€ plus 500H en club
        le plus simple est de passer le MF1 avant et de valider des passerelles
        attention le BP ne donne pas de prérogative pour étre directeur de plongée,,, bref,,,, beaucoup de temps et d argent pour obtenir un diplome pas vraiment qualifiant,,,,,,,

        1. Hello,
          Tu dois parler du BPJEPS avec scaphandre, que je connais beaucoup moins dans ses prérogatives, car concernant les possibilités autour du BPJEPS sans scaphandre les possibilités sont multiples.
          Bien à toi,

  2. salut Romain et merci pour ce superbe compte rendu.
    petite question, peu tu nous en dire plus sur les EPMSP, sur la partie en mer, quels sont les epreuves securitaires à proprement dites? ainsi que la seance peda?
    cordialement sidney

    1. Bonjour Sid,
      Merci pour ton message.
      L’épreuve en mer pour les EPMSP est là pour savoir si tu es apte à partir en stage dans une structure pro sans mettre en danger les clients. L’épreuve est donc : Encadrer donc une vraie séance en mer avec un sujet tiré au hasard ou tu es noté sur les éléments « sécurité » que tu auras mis en place pour cette séance et pendant la séance. C’est la séance péda.
      En espérant avoir répondu à ta question.
      Bonne continuation,
      Romain

  3. Bonjour Romain,

    Merci pour cet article qui a éclairé pas mal de zones d’ombres sur ce BPJEPS. Il m’intéresse beaucoup, étant maître nageuse avec une licence staps et souhaitant monter une structure d’activités aquatiques en mer, ce diplôme me permettrait de joindre l’apnée à mon projet.
    Je me demandais trois choses ceci dit :
    – il y a t il eu des gens de ta promotion qui se sont fait financé le diplôme par une OPCA, mission locale ou pôle emploi ? Si oui, partiellement ou totalement ?
    – je n’ai jamais fait de profondeur encore, mais en piscine j’ai atteint les 75m en quatre mois, est ce que les -15 mètres sont faciles à atteindre ? Combien de temps d’entraînement ou de sortie mer cela demanderait ?
    – en ce qui concerne le stage, est il possible de le faire dans n’importe quelle région, voir à l’étranger ou du moins hors France métropolitaine ?

    Bien cordialement,

    Math’

    1. Hello Mathilde,
      Merci pour ton message et désolé du délai de réponse.
      1 – Il est possible de faire financer tout ou partie de ce diplôme par les OPCA ou par ton CPF mais contrairement à moi, pense bien à t’y prendre bien à l’avance.
      2 – Les 15m sont « faciles » à atteindre, mais la maîtrise de la profondeur est quelque chose qui demande des années de pratique (cela demande une forte adaptation du corps) et l’enseignement de cette pratique demande également beaucoup de temps car très lié au ressenti intérieur et à des muscles que l’on a pas l’habitude d’utiliser (cage thoracique, diaphragme, glotte, palais mou)
      3 – Oui il est possible de faire le stage à l’étranger, une des personnes de ma promotion l’a fait
      J’espère avoir répondu à toutes tes questions et n’hésite pas si tu souhaites d’autre compléments d’information.
      Cordialement,
      Romain

  4. Bonjour,
    notre association d’éducation à l’environnement recherche un/e animateur/trice environnement titulaire d’un diplôme permettant d’encadrer des randonnées aquatiques (sentiers sous-marins). Le poste est basé à La Ciotat, de mai à octobre (5 mois et demi), salaire 2300 € brut mensuels. Me contacter : s.tarot@cpie-coteprovencale.fr. Merci de relayer cette offre autour de vous !

  5. Bonjour,
    Merci pour ces informations très clair. Je vais m inscrire à la session 2018-2019 sur Antibes à partir du MEF1. Il ne savent me dire l organisation du planning des 3 à 4 semaines de cours au CREPS entre février et juin. Pourriez-vous me donner les dates que vous aviez effectué ,car je dois commencer à m organiser grosso modo avec mon employeur. Pas facile quand on travaille.
    Anne Sophie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *