Compétition apnée piscine FFESSM Versailles – DYN – 100m speed

Versailles 12 Mars, deuxième compétition de la saison pour moi.

C’est une saison que je qualifie un peu de mode sniper, chaque perf que je fais en compétition est réfléchie, a un sens donné, dessert un but d’entraînement, renvoie à un plaisir précis. Je vise la qualité et moins la quantité.

Untitled


Dimanche, j’étais aligné sur deux disciplines : dynamique en monopalme (DYN) et 100m sprint (en monopalme aussi). Cela fait maintenant 4 mois que je travaille avec Marc à une préparation au sprint apnée et hier était la prise de mesure de ces mois de travail intensifs. Pour le DYN, le but était d’observer les progrès technique dans mon ondulation sur une performance longue en apnée.
Me voilà à Versailles en compétition à la maison ! Je suis très heureux de vivre ce moment à la Piscine Montbauron ou j’oscille entre nageur du dimanche, athlète apnéiste et entraîneur apnée. Un grand merci à Patrice, Guerric, aux apnéistes, plongeurs et cadres du Centre d’Activités Subaquatiques de Versailles m’avoir permis de vivre cette journée.
Aujourd’hui, mon coach Marc s’est transposé dans mon frère Florian. Coté sport et prépa mentale c’est la personne qui me connaît le mieux, c’est donc avec confiance que j’aborde cette journée en sa compagnie de coach !
La journée commence tranquillement pour moi puisque je rentre en jeu à 15h07, la matinée est douce et pleine d’échanges avec amis et famille. En effet, visiblement j’intrigue mon entourage depuis plusieurs années avec mes histoires d’humains qui kiffent ne pas respirer sous l’eau. Du coup certain(e)s sont venus vérifier par leurs propres yeux mes dires (Merci à mes parents, Jacques, Xavier, Thomas, Gilles, Fabienne, Florent, Lucie, Joséphine et ma filleule venue voir le parrain en mode poisson).

Dynamique avec palmes

13h15, je rentre dans ma bulle pour 1h50 de préparation mentale, pas d’innovation aujourd’hui, j’ai trouvé ce qui me convient, je répète mon schéma (massage de ma belle blonde Zoée, quelques apnées préparatoires, de la sophrologie avec Marion). Petit couac dans la préparation, je me présente au mauvais plot, on corrige vite le tir et je suis dans l’eau. Ce couac aura pour effet de me faire partir au top départ et pas avant. Je suis bien, mon inspiration était bonne, je glisse. Le premier 50m est vraiment agréable, mon ondulation se met en place et l’engagement se fait naturellement symbole du travail accompli, je n’ai plus besoin d’y penser. L’envie de respirer arrive vers 70m, à 100m je me pose la question d’y aller ou non, je trouve vite ma réponse : « je me suis entraîné pour y aller, j’y vais ». La 3ème longueur se passe bien malgré une charge des cuisses autour de 120m, mais l’engagement du haut du corps est présent et je continue à onduler sans trop de difficulté. Je vire aux 150m, propre, le rythme de nage me semble constant, le mental est clair, je ré engage ma nage. Je me sens bien et je décide de sortir. Le protocole est sans ambiguïté et validé : 167m, ma plus belle perf en terme de relâchement et d’efficacité sous-marine.
C’est beau, je savoure et le meilleur est à venir. Pause avant le 100m speed, j’en profite pour m’aérer en famille et penser à autre chose, ça fait du bien, il fait beau en plus.

100m speed

Après cette pause salvatrice, me revoilà en préparation. Cette fois-ci rien à voir, c’est une discipline de sprint, les muscles ont besoin d’être préparés et le mental a besoin d’être rassuré sur le potentiel musculaire disponible. C’est donc une préparation atypique qui démarre entre de l’échauffement à sec, de l’échauffement dans l’eau, du relâchement et de la concentration. Marc a su trouver les clefs pour m’amener au meilleur niveau ce jour là devant le plot de départ, Florian a terminé le travail pour maintenir l’envie et la décupler au bon moment dans l’eau.
Je suis en ligne 6 en bordure de bassin, je me sens bien, le corps est là, les muscles aussi, l’échauffement a été presque parfait. Il n’y a plus qu’à « faire ».
5,4,3,2,1, TOP DEPART. L’entraînement sur les départs a été payant, mon cerveau est bien calé sur cette séquence et je m’immerge bien et au bon moment. J’engage le corps, j’ondule, je rythme, argh la surface, je re-plonge et maintient le rythme. Je ré-émerge, un peu tôt, culbute, il y a peu de fond (1m20) et elle n’est pas parfaite, il y a encore du boulot sur ce point. Je réengage, l’envie de respirer est là, les épaules, penser aux épaules, 75m, ok, appuyer, appuyer encore plus, accélérer encore plus, 85m, panne d’essence, les appuis n’ont plus le même effet, je n’arrive plus à engager le haut du corps, ou je n’y pense plus. Je sens que je kick avec les mollets, je visualise les secondes s’écouler, je vois la perf s’écrouler…J’insiste comme je peux et le mur salvateur apparaît enfin comme un soulagement. De l’air « Haaa », ok tout va bien, enfin ça pourrait aller mieux . 41,13sec, sera le temps officiel retenu, c’est super, c’est mon meilleur temps. Je suis très satisfait du résultat de ces derniers mois d’entraînement, merci coach.

Cette journée m’envoie deux fois sur le podium, une grande première. Je fini troisième en dynamique derrière deux potes, Stéphane et Laurent de Beaucaron. En 100speed, je termine premier devant aussi deux pôtes Xavier Delpit et Stéphane.

Magnifique journée, que du positif, plein d’amis et de famille, des belles perfs, des belles énergies partout, impeccable.
Les trois mots de la fin : énergie, partage, level-up.

Merci Antoine pour les photos ! Merci les amis pour les vidéos (le 100speed arrive) ! Merci au CASV pour la compétition ! Merci Andy pour tes conseils dans l’eau ! Merci Xavier pour les belles énergies à distance ! Merci à la palme plaisiroise, au Paris Palmes Olympique pour les entraînements ! Merci à tous pour les encouragements ! Merci à mon équipe de prépa vous êtes géniaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *