Compétition apnée piscine FFESSM – Boulogne – STA – DYN – DNF – 16x25m

Dimanche 27 mars  compétition inter-régionale de Boulogne
Je suis bien content de me présenter à cette compétition en ce week-end de pâques et cela pour plusieurs raisons :

  • Je vais me présenter à mon premier 16x25m et ça c’est cool
  • Je fais la compétition aux cotés de mon coach « Laurent »
  • Je suis un peu à domicile, car je commence à connaître pas mal de monde dans le milieu apnée en île de France et tout le monde sera présent, ça fait plaisir

Untitled


Aujourd’hui, pas de pression, je viens faire les 4 épreuves de la journée avec pour seul objectif de les réaliser correctement (statique, dynamique avec palmes, dynamique sans palmes et le fameux 16x25m).
L’accueil se fait dans le calme et la bonne humeur, ça commence bien. Les têtes sont connues, c’est good ☺.  Je me pose, analyse les séries, fait mon petit tour, salue les amis et me mets en mode compet grâce à un massage de Zoée ma masseuse perso ☺.

Le statique

J’enchaîne avec ma prépa à sec pour le statique, j’ai eu une bonne expérience récemment sur une apnée statique en mode no warm up, je réitère. Avec Laurent, en ce moment, on travaille pas mal de protocoles de prépa différents et on mesure les retours. Aujourd’hui j’en teste un. C’est un mix d’hypercapnie et d’hypoxie, let’s go. Mise à l’eau et je retrouve mon coach qui n’est pas celui de d’habitude, car aujourd’hui, il participe à coté de moi. C’est donc « FX » avec qui je m’entraîne à Versailles qui prend la relève. C’est parti, avec une annonce à 4min30sec, je suis tranquille pour 3min30sec avant le premier contrôle de conscience par l’apnéiste de sécurité. Bon et bien le destin en aura décidé autrement, je réponds à un premier check, trouve cela étrange, ouvre les yeux, sort de ma bulle, lis 2min30 sur le chrono…. Pas cool, et le diaphragme qui se réveille bien plus tôt que prévu. J’en conclu assez vite que ce n’est pas le jour pour une perf en statique. Je sors à 4min20 avec un travail dans l’envie de respirer de 1min45sec, du standard sans me griller pour la suite. Je ne suis pas déçu, bien au contraire, je n’ai pas grillé mon mental, je sors propre, je continue la journée. Après Annecy ou j’ai été stoppé à la statique, je suis heureux de continuer l’aventure pour atteindre le 16x25m que j’attends particulièrement.
Je reste concentré, c’est l’heure du déjeuner pour moi, j’ai deux heures devant moi. Hop c’est parti pour un repas avec mes parents qui sont venus me soutenir et admirer ce bel événement qui se déroule.

Le dynamique

En avant pour l’épreuve de dynamique avec palmes. J’essaye de me remettre dans les mêmes conditions qu’à Massy et j’applique les techniques de visualisation enseignées par mon grand ami Stéphane Tourreau. La préparation ne peut être plus simple, une belle période de relaxation pour calmer le système et c’est parti pour la perf. Les sensations de ce type d’expérience se répètent et c’est tant mieux, l’envie de respirer, la concentration, l’amour de la glisse, l’arrivée de l’acide lactique dans les cuisses, le questionnement sur une sortie à 100m, le passage en autosuggestion et je vire à 150m. Je me repositionne, me réinstalle dans la glisse et en sort presque aussitôt sans raison apparente, me voilà à 155m, j’exécute un protocole solide, et c’est le bonheur! Je confirme donc la distance parcourue à Massy, excellent☺. Maintenant c’est récup ++ car le dynamique sans palmes est dans deux heures et là j’ai les cuisses qui ont bien chauffé à cause de l’accumulation de l’acide lactique. Je nage, je mange, je vais me faire étirer par la superbe équipe de masseurs qui est présente sur la compet.

Le dynamique sans palmes

Le temps passe assez vite et c’est reparti pour le sans palmes. Je réitère exactement le même protocole, à la paire de lunettes près. Récemment, j’ai perdu plusieurs fois de suite mes lunettes sur les poussées au mur, je teste donc une paire plus imposante qui ne glissera pas. Malgré cela, la poussée de départ laisse à désirer, celle des 25m également. A 65m, c’est le même questionnement qu’à 100m en monopalme et cette fois-ci le mental ne se mets pas en place, pas envie, plus envie et  une petite pensée pour le 16x25m qui vient ensuite, je sors. Je valide sans encombre le protocole de sortie à 68m. Encore une fois, je ne juge pas, il reste encore une épreuve et de plus le corps n’avait pas envie d’y aller. Depuis Annecy, je suis encore plus à l’écoute de mon ressenti. J’essaye au max de ne pas brusquer mon corps quand il ne veut pas y aller, sans pour autant éviter la zone de travail, mais le job est déjà fait pour aujourd’hui avec les 155m en mono. Malgré tout je me retrouve 7eme au général (somme des points cumulés aux trois épreuves), et sans une bête erreur tactique c’était la 5ème place (j’ai annoncé 100m en brasse et avec mes 68m, je prends des pénalités, voilà j’apprends ☺ encore une fois).

Le 16x25m

Nous y voilà, le 16x25m, il me motive à l’entraînement depuis un mois et demi, j’ai eu le temps d’en faire quelques uns dans l’eau, sur mon rameur et de trouver mon niveau sur ce type d’épreuve. C’est la première fois que je me présente sur cette discipline en compétition et ceux qui me connaissent savent que si je me présente sur un sujet, ce n’est pas pour être dernier, esprit de compétition oblige ;-). Là je vais partir sur un départ toutes les 23 secondes, ce qui devrait me mener à une perf autour de 6min. Là ou j’ai baigné dans de la musique calme depuis le début de la journée, maintenant le ton change, et c’est la playlist « motivation » qui me mets dans ma bulle pour cette épreuve avec « Breath of life de Florence and the machine », « Hey Brother de Avicii » en clin d’œil à mon frangin « Florian » avec qui je traverse un paquet d’épreuves sportives ces dernières années et à « Vanessa » qui avait fait son record de France à Dunkerque en 2015 sur cette musique. Je ferais un billet un jour sur la musique et l’apnée. Ok, mise à l’eau et échauffement, pour les autres épreuves je fais tout sans échauffement dans l’eau, mais là je préfère faire monter le taux de C02 avant le début de l’épreuve afin de le supporter plus facilement ensuite. 3,2, 1 top départ, je fais parti de la 2ème série et suis aligné aux cotés de mon coach Lolo, étrange sensation☺. Ici tout le monde part en même temps et c’est une course, il nous faut parcourir 16 longueurs de 25m sous l’eau en apnée le plus rapidement possible. Le challenge principal résidant dans la durée de récupération que chacun s’autorise entre chaque longueur et le rythme que chacun donne à ces longueurs. Les 4 premières longueurs passent sans difficulté, j’ai bien sur hyperventilé « sans limite » sur les conseils de « Nico» qui me coach depuis le bord.  De l’autre coté du bassin, je retrouve ma mère dans la même position, très marrant et motivant comme effet. Les longueurs s’enchaînent et la difficulté augmente. A partir de la 5ème longueur, l’envie de respirer se manifeste pendant la nage, et avance de plus en plus au fil de l’épreuve. Nico m’annonce « Tu es à la moitié, Romain », et bien déjà merci, j’avais perdu le compte, mais bon je commence à me demander ce que je fais ici, il en reste 8, et je doute, ah non, pas le temps de douter, il faut repartir et c’est tant mieux. Je suis à 12 longueurs et je tiens à peu près mon chrono à une ou deux secondes près. Les cuisses chauffent, l’envie de respirer est horrible, mais j’essaye de rester concentré sur la glisse, le bassin, la nage, la technique. 15ème longueur, il n’en reste qu’une, c’est tellement dur mentalement de se dire qu’il faut repartir, même si c’est la dernière fois. Mais comme je le disais et je pense que cela m’a aidé, la récupération est tellement courte que je n’ai pas le temps de douter. Je valide mon 16×25 en 6min10sec, je suis très heureux, du temps et d’être arrivé au bout. Je suis content d’avoir accompli ce challenge que je m’étais donné il y a quelques mois.
J’ai tout donné et n’ai jamais regardé autour de moi dans l’épreuve, je fini premier de ma série et 5ème au général, derrière des athlètes qui nagent cette épreuve dans une autre catégorie, 1min15 me sépare d’eux globalement, sur 6min d’effort, il y a du boulot, mais la performance accomplie est largement honorable et c’est top ! Je met quand même environ une heure à m’en remettre tellement je me suis vidé, d’ailleurs à regarder la vidéo, j’ai nagé beaucoup trop vite par rapport à mes temps d’entraînement, ah c’est beau l’adrénaline des compétitions !

Conclusion

Bon ben c’est une superbe compétition qui se termine, avec un carton plein pour moi. En prime ma performance en dynamique devrait m’emmener à Chartres aux championnats de France.
Merci encore à toute l’équipe d’organisation pour cette belle compétition ! C’était un bel évènement! Merci à tous ceux qui me soutiennent en compétition, à l’entraînement et aux débriefes interminables ensuite 😉

A bientôt pour de nouvelles aventures apnéiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *