Compétition apnée mer AIDA – Nice Abyss Contest 2015 – CNF

Me voila en route pour Nice, ma première compétition profondeur en mer. J’ai l’immense chance d’avoir mon coach Laurent qui m’accompagne sur tout l’évènement et ça c’est top !

Cette compétition est organisée par le club d’apnée de Nice le CIPA. On peut dire que c’est le berceau de l’apnée profonde en France, voir même au monde, puisque AIDA a été créée là-bas. Guillaume Nery est l’organisateur initial de cette compétition, mais cette année il y participe. C’est géant, ce type que je vois en vidéo depuis des années, dont j’ai lu le bouquin l’année dernière, va participer à la même compétition que moi. Bon pas au même niveau certes, mais peu importe moi je vais à Nice pour découvrir AIDA et la compétition profondeur en mer.

Untitled

Introduction

L’événement est planifié sur 4 jours, 2 jours d’entraînement via la structure du CIPA et 2 jours de compétition. J’ai réussi à m’entourer bien comme il faut, avec Nico, Marion, Steph et Laurent, nous avons loué un appart tout près du CIPA. L’objectif : passer du bon temps entre passionnés de l’apnée, se faire des supers plats de ouf pour manger sainement, échanger nos routines apnéiques pour progresser tous ensemble, le tout au plus près de la mer.

Entraînement J1

L’entraînement a démarré jeudi matin pour moi. Arrivée au CIPA à 8h30 rencontres, découverte du lieu, 1ère poignée de main avec Mister Nery et on saute dans le zodiac, direction la fameuse baie de Villefranche-sur-mer. Là direct, l’ambiance est posée, je me retrouve à bord du bateau qui a servi à tourner Narcose. On me demande si je vais faire une perf sur le câble officiel, « heu ben non, les câbles d’échauffement sont suffisamment profonds pour moi, et puis je viens d’arriver, on va y aller tranquille ». Mise à l’eau, prise de température, ce sera quelques descentes en FIM (immersion libre) et quelques descentes en CNF (poids constant sans palmes). Ah oui, il faut que je précise, je n’ai pas amené ma belle mono, je me concentre sur la discipline sans palmes, vu que c’est ce que j’aime le plus en ce moment. Ce sera une séance qui m’emmène à 33m de profondeur en sans palmes. L’objectif est atteint, je voulais me remettre en jambe et surtout ne pas forcer, sur rien du tout. Opération accomplie.

Jeudi après midi, je me remets à l’eau en petit comité directement depuis le bord avec une bouée. Cette deuxième séance de la journée est géante, je suis avec Nicolas et nous jouons tous les deux entre 30 et 40m moi en sans palmes et lui en immersion libre. La vibe est bonne et j’enchaîne 3 plongées : 30m, 35m et 40m en sans palmes. Je reste sur le 40m qui m’a tout de même épuisé surtout que je plonge avec une cressi 2×3,5mm et 3kg de plomb (2 au cou et 1 à la ceinture). Au passage je valide l’usage de la longe à la ceinture pour cette discipline, c’est top ! Je sentais instinctivement qu’il fallait que je replonge ce jeudi car le matin m’a vraiment permis de prendre la température de l’eau, la thermocline et l’environnement en général. N’étant sur place que 4 jours, je sentais que je devais un peu pousser la courbe d’adaptation. J’ai bien fais de m’écouter puisque ce fut une superbe session dans une mer super calme !

Entraînement J2

Vendredi on calme le jeu, il y a eu le voyage jusqu’à Nice dans la soirée du mercredi soir, jeudi matin 8h training, donc là un bon gros dodo de 9h. La matinée se termine par un bon stretching thoracique avec Laurent et une session d’entraînement sur l’après midi via le CIPA. C’est une belle synchro car tous les membres de l’appart se retrouvent dans la même session d’entraînement. Une grosse discussion avec Stéphane, m’amène à changer énormément de paramètres de plongée. Je change de combinaison et de lestage pour être plus fluide, hydrodynamique améliorer ma glisse et faciliter mes remontées dans mes dives. Je passe sur ma orca intégrale 2mm et sans plomb. 1er dive en immersion libre 25m, je ne sans pas le free fall arriver…2ème dive en sans palmes, 25m et….je remonte tout seul….Bon ok il faut que je me leste. 3ème dive avec 800grs à la ceinture, sensations, pas super cool. Stéphane intervient de nouveau, me passe son plomb de cou de 1kg et voilà je suis de nouveau réglé et passe 35m. Cette fois-ci je passe sur le câble officiel, histoire de m’immerger dans les conditions simili compétition. Au départ j’avais demandé 40m, mais je corrige à 35m. Je pense que c’est suffisant pour aujourd’hui, et je veux terminer mes entraînements avant le début de la compétition sur une bonne note. Voilà, qui est re réglé. Me voilà au câble, et Laurent m’appellera ensuite « Vibrator ». Ben ouais, je suis passé sur une 2mm orca, du coup au bout d’une heure, ben je suis gelé et je tremble de tout mon corps. Bon il faut y aller, hop, malgré le froid, mes compens passent et je vais jusqu’à 35m (entre nous, j’ai bien fait de faire relever la boule de 5m). J’ai encore du mal à me concentrer pour espacer mes compens une fois en free fall et mon mouthfill se vide trop vite. Je me garde donc cela pour demain comme point de travail.

Ce soir, c’est les annonces et le brief des compétiteurs. Là on ne rigole plus, on est plus dans la piscine ou tu vas ou tu veux, non non, là tu préviens tout le monde, je vais ICI (et je reviens, c’est important aussi ). Bon moi je vote 36m et Laurent vote 38m, bon ben j’ai coupé la poire en deux, c’est parti pour 37m. C’est mon premier dive en compétition, je veux assurer tout en ayant un mini challenge. Hier j’ai validé 35m au câble officiel, partons pour 37m. Place au briefing des compétiteurs, on se retrouve dans une salle du complexe nautique, tout le monde est assis ou presque et tout nous est expliqué dans les détails. Je pose mes questions habituelles (j’ai toujours une question ) et c’est good. On se restaure autour d’un superbe buffet bio géré par le CIPA, ils sont vraiment top ces niçois !

Bon demain c’est le grand jour, cette fois-ci la team de l’appart est éclatée, chacun a fait des annonces différentes, nous passons donc à des horaires différents et nous nous rendons sur le site de la compétition à des horaires différents. Pour moi c’est stretching et visualisation avant le dodo.

NAC J1

Le matin, pti dej de champion avec Marion à base de fruits, oléagineux, féculents mixés et un ingrédient secret (désolé), c’est trop bon ! Re visualisation le matin, c’est vraiment important. Départ navette 11h07 pour moi, avec 37m je passe dans les derniers du coup je ne profite pas du calme matinal mais je peux dormir. Je ne réitère pas l’erreur de la veille et me met à l’eau 15min avant mon top officiel pour ne pas avoir froid. Je fais deux descentes en immersion libre pour m’habituer à la thermocline aux alentours de 20m, patiente 8min dans les mains expertes de Laurent, commence un poil à me refroidir et me voilà autour du câble officiel.

Il y a du monde, une personne va me suivre au sondeur, un juge me regarde dans le bateau, un autre dans l’eau, deux apnéistes de sécurité viendront accompagner ma remontée et deux photographes sont là pour immortaliser le moment. Je ventile, me prépare, me longe, fixe mon pince-nez, official top ! et c’est parti. Le dive se déroule comme dans ma visualisation, le nombre de mouvements, le mouthfill, le freefall, la concentration sur l’espacement des compensations, et Bottom ! Me voilà au fond, il me reste de l’air dans les joues, génial (c’est de bon augure pour la suite). Je chope le TAG, ce fameux bout de tissu velcro que je met entre mes dents, désolé le CIPA, je n’ai pas eu confiance dans vos petits bouts de velcro . J’oublie de me haler sur le câble et c’est parti pour le chemin du retour. Ça se passe plutôt bien, la rythmique des mouvements s’installe, j’aperçois dans le flou de ma vue un apnéiste de sécurité, je regarde la surface, corrige ma trajectoire afin de ne pas remonter sous le bateau et hop je suis de retour parmi les terriens. J’attrape haut le câble, crache mon tag, expi, inspi, expi, inspi, je dégage l’équipement facial, trouve le juge, le regarde, lui fait le signe « ok » et lui dit « I am ok ». C’est un carton blanc ! Trop la classe ! Ah oui au passage j’oubliais, il faut faire gaffe au fond avec quelle main on attrape le tag, car cela doit être fait avec la main qui porte le profondimêtre officiel.

C’est trop cool ! Autant mes apnées d’échauffement m’ont amené à me demander pourquoi je faisais cela, autant le dive officiel était trop bien ! C’est rassurant pour demain.

Nous revoilà à terre, le CIPA remet le couvert pour nous alimenter sainement. Il est déjà temps de faire l’annonce de demain. Ce dive s’est très bien passé, malgré le fait que ce soit le 1er en compétition, il me restait un peu d’air en bouche pour compenser, j’annonce 42m. Comme la veille, assurer et avoir un challenge, mon best en sans palmes est à 40m, j’ajoute 2m. En tout cas, on dira ce que l’on veut, la profondeur, ça épuise, je suis dead. L’après midi est relax et se termine par un repas sain, du stretching et de la visualisation. L’ambiance à l’appart est bonne, tout le monde a eu droit à un carton blanc !

NAC J2

Dimanche matin, comme une routine est rapide à se mettre en place, c’est seulement la deuxième fois que je vais plonger et déjà des réflexes se créent. Pti dej de compet avec Marion, et cette fois-ci nous sommes sur le même bateau. Les horaires sont similaires, car tout le monde a plus ou moins augmenté ces annonces. Je suis un peu moins stressé que la veille, normal ce n’est plus nouveau.

J’optimise encore mieux mon temps dans l’eau, pas question d’avoir froid aujourd’hui. Bon le truc c’est que je n’arrive pas à savoir précisément mon horaire de passage car il y aurait 15min de retard environ…mouais, ça ne fait pas mes affaires tout ça. Bon Laurent me dit, tu te mets à l’eau, c’est mon coach après tout, c’est parti. Première plongée en immersion libre à 20m, je prends la température, ça caille un peu, mais je sais que mon corps va s’adapter dans les minutes qui suivent. Je ventile, me prépare pour un deuxième dive de warm-up (échauffement) et la j’entends « Romain passage dans 5minutes ». Heu ouais…Laurent, me dit go, je pars pour ma deuxième immersion libre, 25m, bien. Je remonte, « Romain official Top dans 4min ». Un juge arrive à ma gauche, « vite, vite, je dois te mettre la montre ».

A partir de ce moment, là il s’est passé une chose très étrange que je cherche à travailler depuis des mois. J’ai totalement lâché prise. En gros dans ma tête ça a fait ça « Ok, tu veux me mettre une montre, voilà mon bras, débrouille toi, moi je reste méga relax », tout le stress qui était en train de monter autour de moi car j’étais un peu à la bourre à totalement glissé sur moi. Laurent m’emmène au câble « Offical TOP 3min ». Je ventile, installe mon pince-nez, récupère de mon dive précédent, je sens que je reviens à la normale. « Official TOP 1min30 », ah j’ai raté le 2min, ok pas grave. Je m’allonge, prend le rythme de la mer, communie avec elle, me fond en elle, je suis bien. « Official TOP 10sec », Laurent me lâche, je remplie mes poumons, et hop une vague vient terminer mon remplissage avec de l’eau, toujours pas de stress, j’expire, je ré inspire correctement, (il me reste 30 sec pour partir après le Top officiel qui vient de tomber), quelques carpes, je lâche le câble, me retourne, canard, et c’est parti.

Je ne réfléchis à rien, mon corps sait très bien faire tout ça, les mouvements sont réalisés précisément, la chute libre se met en place, le mouthfill également, et je positive tout ce que je peux. C’est génial, pas de stress, je coule librement, sans entrave, j’espace mes compensations, je relâche mes abdominaux contractés, me détend, accepte la pression de l’eau. Je sens que je vais arriver au bout de mes compens, je lève la tête et ma longe passe les scotchs qui préviennent l’arrivée à la boule. Je m’arrête, tend la main, attrape mon TAG, le fixe entre mes dents et cette fois-ci replace ma main au câble pour me haler correctement. C’est parti pour la route du retour, j’installe mon rythme de nage, l’envie de respirer apparaît sur la fin de la remontée mais ne me dérange pas plus que ça. Je me concentre déjà sur mon protocole de sortie. Je sors, attrape haut le câble, car il y a de la houle et pas question de remettre la bouche dans l’eau sous peine de voir apparaître le carton rouge. Une vague passe et j’en profite pour remettre une main encore plus haut sur le câble quitte à toucher la potence (il parait que je ressemblais à un ouistiti sur son arbre). Je déroule le même protocole que la veille, et obtient un beau carton blanc ! La joie éclate, je remercie tout le monde car une plongée mobilise tellement de personnes !

The end

Tout est bien qui fini bien, la team a encore ramené 4 cartons blancs et 3 podiums pour le coup ! Stéphane en poids constant et immersion libre, Marion en immersion libre et Nicolas en poids constant sans palmes. Pour ma part, je plane encore complètement sur ce que j’ai réalisé sur ces 4 jours, c’était géant. J’ai rencontré des gens formidables que je n’avais vu qu’en vidéo jusqu’à aujourd’hui, j’ai participé à une compétition organisée par des gens super passionnés et ça fait plaisir à voir (à très bientôt le CIPA) !

Pour résumer, on s’entraîne toute l’année, on fait gaffe à ce que l’on mange, on se prépare pendant 4h avant un dive, celui-ci dure 2min et perso je prend mon pied à fond dans le freefall qui dure actuellement 25 secondes, et la seule chose que j’ai envie en remontant, c’est d’y retourner. C’est bon, je suis officiellement drogué de la profondeur .

A bientôt pour de nouvelles aventures.

2 réponses sur “Compétition apnée mer AIDA – Nice Abyss Contest 2015 – CNF”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *