Stage profondeur Blue Hole Dahab Stéphane Tourreau

Dahab Mai 2015  second voyage en Égypte, qui s ‘est déroulé 2 semaines après ma rencontre avec les dauphins. Cette fois-ci je suis parti pour de l’entraînement profondeur. Ce fut un stage de découverte de la profondeur dans les eaux magnifiques de la mer rouge, plus précisément dans le Blue Hole.

Untitled

1er Mai 2015 : Retour au paradis

Me revoilà en Egypte pour un stage d’entraînement encadré par Stéphane Tourreau et Laurent de Beaucaron mon coach. Dahab c’est désert à gauche, la mer rouge à droite. Enrte les deux, une route parsemée de checkpoints militaires qui nous font bien comprendre qu’ils sont ici chez eux.

La première journée est COOL. Je prend la température de la mer avec Sveta. puis nous passons l’aprem au blue Hole. Ça y est, j’ai plongé dans ce fameux trou. 1ère session et c’est un 25m CWT après un échauffement tête en haut, je redécouvre mes sensations liées à la profondeur, pince-nez, BTV, etc. (Pour info, je pratique assez peu la profondeur, uniquement l’été en Corse, et aujourd’hui je me ballade à 30m en CWT). Fin de la plongée et je rencontre Xavier, lui il surfe, médite et soigne son entourage, je rencontre également Emilie, et un noyau se forme avec Svetlana. La prise de confiance est rapide entre apnéistes et nous voilà en train d’organiser une sortie nocturne avant le début officiel du stage : l’ascension de nuit du mont Sinaï.

2 Mai 2015 : Montée au paradis

Nous sommes le 2 mai, oui il est minuit et il n’y aura pas de dodo de nuit ce soir pour nous 4. Après 2h de taxi, nous arrivons enfin au pied du mont Sinaï à 1500m d’altitude, il est 1h du matin. Les 4 pèlerins se mettent en route et l’ascension se fait avec un guide local. L’ascension se fait bien, en pantalon, mais pas vraiment nécessaires, il fait chaud à marcher, mais froid à se reposer pendant les pauses intermédiaires. L’atmosphère est relaxante, les étoiles sont magnifiques, la température est bonne, bref tout va bien. La fin de l’ascension s’effectue par 700 marches. Ce dernier effort est assez intense au niveau émotionnel, car tout le monde grimpe les marches, les jeunes, les plus âgés, les chrétiens, les indous, les orthodoxes, les musulmans et tous ont le même but, atteindre le sommet. C’est chouette ! Il est 3h30 et nous sommes à une centaine de mètres de l’arrivée. Nous prenons un thé bédouin bien mérité et faisons une sieste. 4h30 nous sommes au sommet, parés à contempler le lever de soleil. Xavier m’enseigne une technique de méditation autour du soleil, une belle découverte. Nous sommes à 2200m d’altitude, notre groupe de 4 se soude d’autant plus ! Et c’est top d’avoir partagé cet effort ensemble alors que nous nous connaissons depuis 24h à peine. (Au passage nous avons perdu notre guide, qui aurait eu quelques problèmes gastriques dans l’ascension).

La redescente se fait donc en plein jour. Les paysages sont magnifiques, on se croirait dans Grand Canyon. En 1h30 nous sommes en bas, quelle expérience ! Notre taxi nous attend en bas, nous repartons après avoir pris un bon jus de fruits. Nous resterons bloqué à un checkpoint pendant 45min, car la route ouvre à 9h ici. Très bien, on apprend.

Forcément, vu la nuit, la journée sera très calme, je croise un de mes colloc suisse de chambre avec la tête bien dans le gaz (il se réveille et moi je rentre). Petite balade dans Dahab en fin de journée et une belle nuit car demain c’est le début du stage !
Untitled

3 Mai 2015 : C’est parti

C’est le début du stage et nous nous rendons au blue hole pour une première mise à l’eau en mode exploration depuis le nord du hole. On se laisse dériver tranquillement jusqu’à atteindre le fameux trou. Une fois là, Stéphane prend le temps d’observer le niveau d’aisance de chacun sous l’eau afin de pouvoir adapter son approche pour la suite du stage. Pour moi, ce sera quelques descentes en immersion libre au masque, puis au pince nez histoire de retrouver les sensations de la Corse rapidement. Mon objectif sur ce stage est de me faire plaisir avec ma monopalme, je décide donc dès le premier jour de m’acclimater avec. Je termine sur une belle descente à 30m au masque pour le confort histoire de bien finir la journée.

La journée finie par un cours théorique de Steph et Lolo sur la planification de l’entraînement. Ce cours fut très instructif pour moi, je me rend compte de plein de choses pendant que l’information coule. Notamment, j’analyse que mes semaines d’entraînement sont identiques depuis le début de la saison sans réelle adaptation aux échéances. Ce n’est pas bien grave, c’est ma première saison en compétition, je découvre et j’apprends de partout.

4 Mai 2015 : Mouthfill

Le rythme du stage s’installe, rendez vous 8h et en avant pour le blue hole. Ce matin Steph nous fait un cours théorique sur Frenzel et m’apprend la notion de mouthfill dont j’ai toujours entendu parler, mais ou je n’ai jamais vraiment eu de cours précis, voilà qui est fait. Suite à cela, Lolo nous fait un de ses stretching préférés de la cage thoracique et nous voilà près pour une belle séance de mise en pratique du mouthfill. Chacun évolue à son niveau. Il y a des personnes déjà très à l’aise avec la profondeur dans ce stage et d’autres moins. Stéphane amène les exercices à chacun pour que tous puissent évoluer correctement sans freins ni catapultes. Pour ma part, c’est travail du mouthfill à travers une belle série d’exercices poumons vides avec mouthfill sur quelques mètres, même chose poumons pleins avec un lâcher d’air à 10m et intégration du mouthfill. La prise en main de l’outil se fait assez vite et je prends totalement mon pied! Je termine ma séance sur un exo super chouette : poumons plein je me rend à 10m, je vide tout, mouthfill, free fall, je finis à 26,3m sur cet exercice. C’est énorme, sentiment de joie, de folie presque, les sensations étaient magnifiques. Moi qui vient de BTV au masque, me rend compte que lorsque je suis au pince-nez je fais directement Frenzel, la bascule se fait vite et bien, impressionnant.

Stéphane arrête ma séance, m’explique que mon corps en a eu assez pour aujourd’hui avec la pédagogie qui va bien. Il préfère que j’ai une belle progression au fil du stage et des années. Il me convainc que ma progression n’en sera que plus belle et il a raison. La fin de journée se termine par une séance de musculation. C’est surtout une transmission d’exercices type apnée de la part de nos deux coachs. J’échange beaucoup avec Xavier en cette fin de journée, qui commence à m’expliquer son champ d’application et me sensibilise au ressenti général mais surtout aux éléments qui me lient à l’apnée. Cela passe par l’eau, mais aussi les organes du corps utilisés pour. C’est très intéressant il m’apporte une partie des réponses aux questions que je me pose en ce moment. Nous terminons la soirée sur une méditation à la lune, TOP !

5 MAI 2015 : Deuxième souffle

8h du mat et on décolle pour le blue hole. Relaxation avec Laurent et cours de visualisation avec Stéphane. Il nous initie à la notion de profil de plongée ce qui est très intéressant. Il nous amène à visualiser notre prochaine plongée seconde par seconde. La première phase est le dessin : on dessine notre plongée en y représentant les timings et deux composantes que sont les éléments techniques et les ressentis émotionnels. Ensuite, on ferme les yeux, et chronomètre en main on simule la plongée jusqu’à la reproduire à la seconde près en pensant à chaque étape technique intermédiaire. L’objectif d’un tel exercice est de rassurer le corps et le cerveau sur ce qui va se passer et ainsi faire descendre un stress potentiel. Je commence à travailler avec Xavier sur un profil de plongée en monopalme à 45m, c’est bien sympa !
Mise à l’eau et l’objectif est d’appliquer le mouthfill et de voir si la profondeur évolue.

Tout se passe au pince-nez :

  • P1 : échauffement en FIM à 24m (1min23sec)
  • P2 : 30m à 1min28sec avec un mouthfill bien placé.
  • P3 : 42m 1min58sec : là c’est ENORME le ressenti est décuplé !

Le mouthfill était géant, je l’ai senti agir comme un 2ème souffle dans la descente, la compensation se corse puis « oummm » la bouche se rempli d’air et c’est reparti. J’ai une sensation de devoir équilibrer plus souvent, mais non, les oreilles sont OK. Freefall et je me rend compte que je tiens mon ventre, je relâche tout et je me sens extrêmement bien : de 30m à 40m, c’est la béatitude, c’est dingue ! Demi-tour, je me hale le long du câble pour remonter, je suis ultra bien j’ai même envie de rester là et de profiter de cet état d’extase. Chaque mouvement du bras pour me hisser vers la surface est comme une danse et chaque mouvement me relâche un peu plus. « Houc houc » Laurent vient d’arriver, je suis à mi route, c’est rassurant, je fais un signe de tête, mes yeux toujours fermés et je me laisse remonter. Ma cage thoracique reprend la place que l’eau lui avait subtilisé pour un moment, et quel moment ! La lumière aussi est un facteur génial à suivre. Les yeux fermés les teintes évoluent, j’arrive à un vert assez clair, je stoppe les moteurs et la surface m’attire. J’ouvre la yeux, la bouée apparaît, me voilà à l’air libre, protocole, ventilation, énorme montée d’endorphines, je suis simplement heureux. C’est une explosion de joie en surface, je rie, je n’en reviens pas et c’est le cas de le dire. Je reviens d’une plongée à 42m !

Je fais deux autres plongées ensuite qui ne se déroulent pas comme prévu. J’ai décidé de chausser la monopalme, le choc est fort, la vitesse bien différente et les oreilles ne passent plus. J’arrête là, il faut que je laisse mon corps se reposer et s’adapter à la profondeur tranquillement.

L’après midi est énorme, Stéphane nous emmène dans une piscine d’eau salée en bord de mer. Le kiff pour s’entraîner. Nous ferons une séance d’entraînement assez typée mono sur le ressenti de l’ondulation en mode « je déconnecte complètement mes jambes et j’avance uniquement à l’aide de mon bassin » et ce sans palmes. Et bien vous pouvez tester, c’est très très intéressant en terme de ressenti. Laurent prend la suite de l’entraînement avec ces exos mi-eau / mi-air / mi-nage / mi-muscu dont il a le don, un vrai plaisir. En tout cas, s’entraîner dans une piscine extérieure d’eau salée en bord de mer en Égypte, ya pas à dire c’est sympa. Surtout quand M. Molchanov vient poser son crawl en fin d’entraînement histoire de rappeler à tout le monde qu’il y a encore un peu de taff .

6 MAI 2015 : Repos

Pas de blue hole aujourd’hui. Ce matin c’est séance de questions/réponses avec nos deux experts. Il y a de tout, physio, planif d’entraînement, repos, alimentation. C’est l’avantage avec cette discipline qui est l’apnée c’est qu’elle est ultra complète. Personnellement, pour moi c’est la première fois que dans un sport je peux aborder autant de chemins d’apprentissage liés à la vie quotidienne avec les pratiquants.

L’après midi Laurent nous coach sur une grosse séance de stretching puis c’est quartier libre entre la piscine et la mer. J’essaye de cumuler les deux, je fais un no warm up en piscine et je vais profiter de la mer ensuite. Pour le NWU j’essaye d’appliquer la notion de profil de plongée apprise deux jours avant mais cette fois-ci pour une perf horizontale. Le résultat est intéressant, l’effet est rassurant. En résumé, si vous avez écrit sur une feuille qu’à 50m et bien il y aura l’envie de respirer et qu’il faudra travailler avec, une fois dans l’eau, à 50m quand cela se produit, et bien ce n’est plus une surprise pour le cerveau, vous l’avez prévenu juste avant. Je sors un 100m en sans palmes sur un bassin de 25m propre, sans trop forcer, a 2 semaines des Frances, c’est cool. J’enchaîne avec une séance photo avec mon nouveau matos en mer et je shoot pendant 30min 2 rascasses volantes qui ont pris la pose pour moi.

7 MAI 2015 : poids constant

Aujourd’hui nous passons la journée entière au blue hole. J’enchaîne les visualisations et je me mets à l’eau au sein d’un trinôme de choc, je suis avec Bojan que je ne connais pas, a une approche de l’apnée très coooool, très relax, propice à la détente. De mon coté je suis en monopalme.

La séance se déroule bien, je découvre un nouveau protocole d’échauffement à la profondeur :

  • PP FIM 10m lent en 2’
  • FRC FIM 15m
  • FRM FIM 17,5m

Passage en monopalme :

  • P1 : 34m en 1min28sec
  • P2 : 33m en 1min02sec
  • P3 : 32,4 en 1min11sec

Je m’habitue tranquillement à la mono, je cherche mon rythme. Bojan m’apporte de nouvelles clefs qu’il me faudra intégrer. Notamment le fait de ramener les bras le long du corps au moment de la chute libre pour relâcher la cage thoracique. Il appelle ça la position du chiotte turc, en mode relâché et on laisse glisser. Malgré tout, mes oreilles m’arrêtent à 33m ce matin. Le froid sonne la fin de la plongée, le repas est bien mérité. Après une courte sieste, c’est reparti pour une deuxième session dans le hole.

Cette fois-ci je suis avec Stéphane, nous analysons ensemble ma plongée du matin et comprenons que le fait d’avoir enlevé un 1kg de plomb ne m’a pas aidé. Visiblement pour découvrir la profondeur, vaut mieux être un poil sur lesté que l’inverse. Je retrouve donc mes 3kg (2 au cou, 1 à la ceinture).

  • P1 : warm up 30m en CWT 1min06sec
  • P2 : warm up 40m en CWT 1min31sec
  • P3 : 43,3m en CWT 1min39sec
  • P4 : 46,1m en CWT 1min44sec

Je me relâche bien sur cette session, le freefall arrive vers 25m, moment ou je stoppe l’ondulation, ramène mes bras, fait mon mouthfill, ferme mes yeux et prend la position de relâchement. Ces plongées me mettent dans un état quasi méditatif, je suis HIGH. Je prends conscience que je n’arrive plus à compenser dès l’instant où j’ouvre les yeux, cela me sort de ma bulle, marrant. Le fait d’ouvrir les yeux pour voir l’eau me déconnecte de celle-ci, paradoxal. La raison pour laquelle j’ouvre les yeux est que je m’éloigne du câble et ma longe se tend. Conclusion : je dois tenir le mousqueton ou laisser glisser le câble entre mes doigts. L’idée est d’attraper le mousqueton au moment ou je le double vers 25m. De plus 2m avant l’arrivée il y a une série de scotchs pour prévenir de celle-ci.

Dernière plongée : P5 : 46,4m en poids variable 1’47 »

Découverte du poids variable, 30m de variable, et 16,4m de freefall. Très sympa, bonnes sensations, compensation parfaite.

Bon debrief après plongée, journée top !
Untitled

8 mai 2015

La fatigue du stage se fait ressentir et la journée d’hier a été très éprouvante. Je ne plonge pas le matin, je me réserve pour l’après midi ou nous allons nous balader dans un canyon. Du coup, je suis les copains avec mon appareil photo et je me fais une séance shooting bien sympa autour du blue hole.

L’après midi nous nous éclatons dans un canyon qui est à 25m de fond. Tout l’entraînement du stage paye et je me ballade avec aisance dans ce canyon, les plongées ballades à 25m de 2min sont un vrai plaisir, la progression est là ! Malheureusement c’est le dernier jour de stage. Nous terminons via une soirée dans le désert sous les étoiles. Le taxi vient nous chercher à 3h du matin, l’amitié avec les membres du groupe sera plus forte que le sommeil et j’irais directement au taxi J pour amorcer le retour vers la métropole.

Untitled

Conclusion

  1. La profondeur est addictive
  2. L’Égypte est paradoxale, ce pays subit énormément son instabilité politique mais ces habitants arrivent malgré tout à tirer leur épingle du jeu
  3. Le mont Sinaï c’est magnifique et énergisant !
  4. L’apnée profonde fatigue bien plus qu’on ne puisse l’imaginer, j’ai découvert les fameuses siestes d’après plongée
  5. Les apnéistes sont vraiment des gens top ! J’ai fait de superbes rencontres ! Merci à toutes et à tous
  6. Je suis réconcilié avec la Suisse grâce mes 2 superbes collocs du voyage !
  7. J’ai compris qu’à mon niveau 5 plongées à 40m sont largement suffisantes pour une séance, c’est déroutant au départ quand on vient de la chasse et que l’on plonge 40 fois à 20m pendant 4h
  8. L’entourage est important, et les coachs du stage on été parfaits Merci Stéphane et Laurent !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *